Eugène Viollet-le-Duc

Architecte et théoricien français

1814-1879

 

 

Viollet-le Duc est issu d'une famille de la grande bourgeoisie (son père fut un haut fonctionnaire nommé, après 1830, conservateur en chef des résidences royales de Louis-Philippe).

Pratiquement autodidacte, il se forme au cours de voyages en France et en Italie qu'il effectue entre 1835 et 1839. Parallèlement il acquiert les base de son métier en tant qu'adjoint aux Bâtiments civils auprès de l'architecte Achille Leclère.

En 1840 Prosper Mérimée, Inspecteur général des monuments historiques lui confie la restauration de la basilique Sainte-Madeleine de Vézelay... Il 26 ans et c'est le début d'une immense carrière.

En 1844 Lassus et lui sont nommés architectes de Notre-dame de Paris.

 

Principales restaurations:

 

Il restaure un grand nombre de monuments du Moyen Âge, notamment l'abbatiale de Vézelay, Notre-Dame de Paris avec Jean-Baptiste-Antoine Lassus, la Sainte-Chapelle à partir de 1840 avec Félix Duban ainsi que d'autres cathédrales, le château de Coucy.

En 1847 il commence les restaurations de la basilique de Saint-Denis et de la basilique de Saint-Sernin à Toulouse.

Il remanie les remparts de la cité de Carcassonne.

En 1849, plus tard il assure les restaurations de la cathédrale de Chartres, la cathédrale d'Amiens et la cathédrale  de Clermont-Ferrand.

Il entreprend en 1858 la reconstruction quasi intégrale du château de Pierrefonds résidence d’agrément de l'empereur Napoléon III

En 1874 sa dernière restauration sera celle de la cathédrale de Lausanne.

 

Son point de vue sur la restauration  s'oppose à la simple conservation : « Restaurer un édifice, ce n'est pas l'entretenir, le réparer, ou le refaire, c'est le rétablir dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné. »

Il sera ensuite, en réaction contre l'enseignement l'École nationale supérieure des Beaux-Arts de la rue Bonaparte Paris 6e, à l'origine de la création de l'Ecole spéciale d'architecture du boulevard Raspail Paris 6e.

Ses idées inspirèrent nombre de ses contemporains, des créateurs de l'art nouveau au tournant du XXe siècle et trouvèrent même un nouvel essor au travers de réalisations récentes  comme Hector Guimard .

Il est l'auteur, entre autres ouvrages, du monumental Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (1854-1868) et des Entretiens sur l'architecture, qui ont défini les bases d'un nouveau rationalisme, incluant l'emploi du métal.

Auxquels viendront s'ajouter les six volumes du Dictionnaire raisonné du mobilier français (1858-1875).

 

 

accueil Paris  -  plan du site