L'Arc de Triomphe de l'Etoile - Paris 8e - 16e - 17e

la place de l'Etoile - Charles de Gaulle

Le Quartier des Champs Elysées

 

A la suite des victoires de Marengo et d'Austerlitz, Napoléon 1e en 1806, décide l'érection d'un arc à la gloire de la Grande Armée sur la place de l'Etoile. Le projet est confié aux architectes Jean Arnaud Raymond et Jean François Chalgrin. La pose de la première pierre a lieu le 15 août 1806. Raymond étant décédé,  Jean François Chalgrin poursuit seul un projet approuvé en mars 1809.

 

L'Arc de Triomphe vu de l'avenue des Champs  Elysées

L'Arc de Triomphe de nuit

 

 

   

 

statues dans Paris

 

  La Marseillaise de François Rude  le tombeau du soldat inconnu

 

Triomphe de Napoléon de  J.P. Cortot La Paix d'Antoine Etex La Résistance  d'Antoine Etex

 

L'Arc de Triomphe par Raffaelli

La fête de la Fraternité le 20 avril 1848 par Hippolyte Sebron

 

l'avenue des Champs Elysées et le pavillon de l'octroi

démolition des pavillons de l'octroi en 1860

 

   l'arc de Triomphe en 1900 la place Charles de Gaulle

 

Pour célébrer l'empire romain auquel Napoléon veut se rattacher, et à l'image de l'arc de Janus, l'arc de l'Etoile repose sur quatre piles portant sur chaque face une arche ouverte. Sous l'entablement orné de palmettes, court une frise qui surplombe les écoinçons.

Au décès de Chalgrin, en 1811, le monument ne s'élève qu'à 5 mètres du sol. Le chantier est alors repris par un de ses élèves Groust, qui construit les voûtes des petites arches. Sous la Restauration, la poursuite des travaux est ralentie. Trois ans après, l'ouvrage reprend sous la direction de Huyot qui dresse le grand entablement, la voûte d'ogive portant le dallage supérieur et les voûtes à caissons de la grande arche.

Avec le changement de régime, Huyot est remplacé, en 1832, par Abel Blouet, qui construit l'attique, la grande salle voûtée, l'acrotère et qui ceinture le monument de cent bornes reliées par des chaînes. Le gros œuvre étant terminé, le décor commence.

Louis-Philippe dans un désir d'apaisement y célèbre simultanément les armées de l'Empire et celles de la Révolution auxquelles il s'est joint à Jemmapes.  Ainsi la glorification des conquêtes s'efface au profit de la défense de la patrie. Le cycle iconographique se développe de façon chronologique dans les hauts-reliefs des piliers:

- Le Départ des Volontaires de 1792, par Rude (face à Paris, pilier droit)

- Le Triomphe  de 1810 (face à Paris), pilier gauche, par Cortot;

- La Résistance de 1814 (face au nord), pilier gauche, par Antoine Etex.

- La Paix de 1815 (face au nord), pilier droit), par Etex.

Une frise illustre le départ et le retour des armées.

Dans des cadres rectangulaires moulurés des bas-reliefs représentent :

- à l’est: les funérailles de Marceau par Philippe-Henri Lemaire et la bataille d'Aboukir par Seurre l'aîné

- au sud: la bataille de Jemmapes par Charles, baron Marochetti  - à l'ouest: le passage du pont d'Arcole par Feuchère et la prise d'Alexandrie par Chaponnière et enfin

- au nord: la bataille d'Austerlitz par Gechter.

Sur les tympans du grand arc central figurent quatre Renommées, oeuvres de Pradier et, sur les arcs latéraux, des figures allégoriques de la Cavalerie et de l'Infanterie, oeuvres de Bra et de Valois.

Commencé  le 15 août, il ne fût achevé qu'en 1836, haut de 50 m et large de 44 m.

Le nom initial de la Place qui entoure l'Arc de Triomphe est Place de l'Etoile, elle a été rebaptisée place du Général de Gaulle.

En 1854, le baron Haussmann fait réaliser les douze avenues dont l'avenue des Champs-Elysées qui débouchent sur l'Arc de Triomphe et donnent à l'ensemble l'allure d'une Etoile. A l'opposé des Champs Elysées, l'avenue de la Grande Armée conduit au Bois de Boulogne avec une perspective vers la Grande Arche de la Défense L'avenue Foch (anciennement l'avenue du Bois de Boulogne) conduit également au Bois de Boulogne

Les pavillons de l'octroi du mur des fermiers généraux, construits en 1787, qui se trouvaient au pied de l'arc de triomphe, à l'entrée de l'avenue des Champs Elysées ont été détruits en 1860.

 

accueil Paris      -    plan du site